Un environnement propice à l’émergence
La Direction Générale de l’Agence du Service Civique National de Participation au Développement affiche fière allure

Imposant ! Avenant ! Convenable ! Paisible ! C’est le moins qu’on puis dire de cet immeuble de trois niveaux situés à quelques encablures de l’hôpital de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps). L’« immeuble rose » du quartier Essos sert de siège à l’Agence du service civique national de participation au développement (Ascnpd). C’est là que travaille au quotidien, le Directeur général et ses collaborateurs.
De l’extérieur, le bâtiment donne l’impression d’être divisé en deux compartiments. L’usager qui arrive sur les lieux pour la première fois est renseigné par deux enseignes portant le nom et les adresses de l’institution. Tout usager qui désire accéder au bâtiment, est soumis à une identification par des éléments de l’armée de terre camerounaise.

De l’intérieur, les services sont bien repartis et de manière adéquate.L’immeuble regorge plus de cinquante bureaux. Vingt-cinq sont fait de box vitrés. Une visite improvisée des lieux permet de mieux découvrir. Le flanc gauche du rée de chaussée est occupé par les unités de communication et des relations publiques, de traduction, du (mesmin) et de l’agent comptable. A l’opposé, se trouve la Direction de la coopération, des études et de la prospective ; ainsi que, le service du courrier. Sur le parcours qui mène au troisième niveau, le visiteur comme le personnel traverse deux autres. Le premier abrite d’un côté, la Direction de l’insertion, de l’accompagnement et des travaux d’intérêt général (Diatig) et de l’autre, la Direction de la mobilisation et de la formation (Dmof).

Pendant ce temps, le 2ème étage, loge le bureau du Directeur général adjoint. Il côtoie la salle de réunions. Le compartiment d’en face abrite la Direction des affaires financières (Daf). Le dernier niveau, le plus au sommeil au propre comme au figuré est celui réservé à la haute hiérarchie de l’Agence. A gauche, le cabinet du président du conseil d’administration et à droite celui du directeur général. Le cadre est agréable et adéquat pour le travail avec une logistique conséquente.

C’est un air conditionné (climatisation Ndlr) qui circule dans les locaux. Ils sont éclairés par des lustres et des ordinaires (réglettes Ndlr). Tous les bureaux sont équipés de mobiliers de bureaux, des desktops et leurs accesseurs. Par ailleurs, le personnel en service à l’agence s’informe soit à travers des postes téléviseurs installés ca et là ou des récepteurs radio. Les responsables notamment à partir des sous directeurs sont nantis des postes de téléphones pour garder un contact facile avec l’ensemble des collaborateurs ou de la hiérarchie et même avec des usagers. Toujours dans l’ordre de la logistique, l’agence est dotée d’un générateur pour palier à des éventuels coupures de courant électrique ; de deux réserve d’eau pour des besoins y afférentes.
Après une visite guidée du bâtiment, le constat est perceptible.

Le personnel en pleine confiance travaille dans un cadre sain et serein. L’histoire renseigne qu’il a été inauguré le 30 juillet 2012 par le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique en compagnie du Ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncières respectivement tutelle technique et département ministériel compétent en matière de gestion des édifices publiques. Une action posée quelques minutes seulement après le tout premier Conseil d’Administration de la structure. De quoi permettre à l’Agence du Service Civique National de Participation au Développement d’assumer en toute quiétude la mission à elle confiée par le Président de la République : contribuer au développement socio-économique du Cameroun par le réarmement moral des populations.